Archive

Posts Tagged ‘laurent’

Ne cherchez plus: Le problème, c’est moi.

Laurent Louis ne peut être contredit. Encore moins avec des questions précises.

Déclaration tapageuse de Laurent Louis.

Je ne vais pas sombrer dans ces querelles ridicules. Mais demandez-lui ceci:

Monsieur Louis, je vous cite: « Ne serait-il pas temps de rendre le pouvoir au peuple? » Est-ce ce même peuple qui doit disposer d’une autorisation pour avoir des enfants?

Mr Laurent Louis, encore à propos de vos déclarations. Vous dites que l’immigration est incontrôlée. Le même jour, je vois que la Belgique est condamnée par la Cour Européenne des Droits d l’Homme pour avoir voulu expatrier une irannienne.
http://bit.ly/jTTGxP
Donc non seulement il y a contrôle, mais en plus il y a trop de contrôle.

On vous gratifie de ceci:

Mr Fanna, c'est moi.

 Je suis donc l’ennemi public n°1, parce que je suis contre une politique des naissances en Belgique, parce que j’estime que le permis pour avoir des animaux, non seulement n’est pas dans nos priorités, mais en plus forcerait à créer un service public fédéral de l’attribution des permis, d’autres fonctionnaires à payer. Malgré ces autorisations, rien ne garantit l’efficacité des mesures.

Le Tribunal d’Application des Peines (TAP) a été créé par et pour le dossier Dutroux, à cause de la première libération dudit personnage qui a fait scandale. Et lorsqu’on emprisonne quelqu’un, il faut bien le libérer un jour.

Le respect des droits de l’homme, et le respect des libertés, c’est dans l’adversité qu’elle est mise à l’épreuve. Et son échec, ici, ne fait aucun doute.

J’ai été supprimé de sa page, m’empêchant de lui répondre. Petit à petit, l’homme dévoile son jeu totalitaire; avec ses rêves de coups d’État, avec ses discours populiste, la Belgique a intérêt à ne pas se laisser embobiner par ces belles paroles sans fondement.

Bonne journée.

Publicités

De nauséabonds relents de populisme décérébré.

Cette semaine, Mr Laurent Louis, député fédéral, a montré sur Twitter quelle était, exactement, son programme de parti: Agir contre la démocratie pour un peuple meilleur. Un eugénisme latent, erreur humaine mais indigne d’un homme politique. Un populisme évident, un homme qui ne pèse ses mots que pour les vendre au meilleur prix.

Propos tenus sur Twitter par le député; à lire de bas en haut dans l’ordre chronologique.

Et les médias en ont parlé, alors qu’un peu plus tôt il se plaignait sur le même site de micro-blogging faire l’objet d’un mutisme médiatique.  Et pourtant, ses propos sont souvent du genre à soulever des questions! Insultant le ministre de la justice (Ministre de l’Injustice) réagissant agressivement aux commentaires (très bon article), il répond d’abord et avant tout à ses émotions; ce dont n’importe quel apprenti juriste/homme politique devrait se méfier:

Comment est née l'idée du permis parental

Alors, sur facebook comme aux Médias, celui-ci se défend en disant « On ne m’a pas laissé m’expliquer jusqu’au bout ». Effectivement, parfois, en résumant trop on fait l’impasse sur des choses importantes.
Mais dans ce cas-ci, il est important de rappeler à Mr Louis que le débat ne porte non pas sur  le contenu de la proposition, mais bien sur son aspect.

En vérité, sa proposition me rappelle celle formulée dans La République de Platon. C’est eugéniste. Hitlérien. Intolérable dans un société démocratique, de la part d’un parti qui se dit démocratique.

Qui n’y a jamais pensé? Il est vrai, on s’est tous dit un jour qu’il faudrait que quelqu’un explique aux parents comment se comporter. Mais pas à l’échelle de l’État.

Pour cerner le personnage, il a, déjà, proposé de rendre toutes les peines de plus de 5 ans incompressibles.

Voici par quelle mécanique une initiative démocratique devient totalitaire:

Derrière ses paroles populistes se cache un homme profondément de droite, peut-être même d’extrême-droite. Cette contradiction est parfaitement visible sur le cas de cette proposition: Le peuple est choqué, il tire profit de ce choc pour donner une proposition de loi aussi barbare qu’est un groupe facebook sur Michelle Martin.
Une sorte de national-socialisme.

Mais peut-on voir le mal en lui? Je n’en suis pas sûr. Si, en quelques mots, il est possible de le transformer en Hitler, il n’y a peut-être pas la même haine qui l’anime. Je pense juste que, dans son cas, il s’agit plus d’un populisme décérébré; des bonnes volontés très mal exprimées; comme le montre cette grossière erreur de séparation des pouvoirs:

Les différents pouvoirs (Législatif, Judiciaire, Exécutif, Médias) ne doivent pas être mélangés.

S’il y a un député à lever de ses fonctions, c’est peut-être bien lui. Il n’a pas fait l’objet d’un vote personnel, et le MLD n’existe que par sa séparation du PP qui, lui, a recueilli des voix. Il est arrivé au Parlement par le fait d’un hasard politique et son incompétence montre qu’il a été bien plus arriviste que compétent. Dès lors, un pays aussi tourmenté que la Belgique s’en passerait volontiers: inutile de rendre le pouvoir Belge plus risible encore.

Bonne journée.

La question Royale à travers le Prince Laurent

Faute de faits intéressants à relever, la N-VA déclare : «Quand on est payés par l’État Belge et que le Premier ministre dit qu’il ne faut pas visiter le Congo, il doit rester ici ». Éclaircissements à l’intention de Jan Peumans.

C’est une vaste blague, Mr Peumans, que considérer le Prince comme une entité ligotée au gouvernement. Il a le droit de recevoir une dotation, ainsi que se déplacer où il le veut, et ce sans l’autorisation de ses parents ou du Premier Ministre.

Pour citer des propos dignes d’une cour de récréation, du même auteur:

«Quand il y a des problèmes avec le prince Laurent, on cherche toujours des solutions et puis après un temps, ça recommence. Non, il ne faut pas maintenir la dotation du prince Laurent. On donne une dotation au chef de l’Etat, le Roi, il a un rôle et c’est tout »

Bien, privation d’argent de poche parce que le méchant fils du roi a fait quelque chose que quelqu’un ne voulait pas.

D’abord, il est illusoire de s’imaginer que l’on peut, diplomatiquement, supprimer une dotation à un Prince en cours de « mandat ». Appliquer une nouvelle règle pour les suivants est envisageable. Mais quelle idée de vouloir le « punir » de la sorte?

De plus, aucun texte écrit n’oblige le prince à demander des comptes à qui que ce soit, d’autant plus pour s’occuper de ses petites affaires personnelles. Le Prince avait donc tout intérêt à user de ses pouvoirs diplomatiques dans un but humanitaire. C’est louable.

Par contre, je lui reprocherais d’avoir accusé Van Yp’ (chef du cabinet du Roi, mentionné dans un précédent article) de s’acharner sur lui et de tout lui refuser. C’est peut-être un peu « gamin » de dire cela. Après tout, Mr Van Ypersele est quelqu’un d’intelligent et cultivé, qui saura entendre de bons arguments et les prendre en compte, et non pas refuser n’importe quoi. Peut-être même aurait-il accordé au Prince de faire ce voyage?

Bien entendu, la N-VA n’est pas du genre à proférer des idioties pour défendre son idéologie républicaine (sarcasme inside, bien entendu). Alors, leur réaction n’est-elle pas un de ces coups de gueule à plus large retentissement? J’en suis persuadé. La N-VA veut se persuader, et persuader la Belgique, que d’installer une famille à la tête d’un État pourrait apporter des risques d’accidents diplomatiques, ceux-ci devant répondre d’une certaine justesse.

Il est vrai que les Princes ont une importance qui va parfois au-delà de ce que le peuple veut leur donner; ce qui n’est pas très démocratique.
Mais qu’en est-il de présidents de partis qui n’hésitent pas à insulter une moitié de pays?

Pour la question Royale, je citerai juste une conversation entretenue avec une Française me demandant si l’on ne trouvait pas ça injuste que nous ne votions pas pour notre Chef D’État.

« – Non, pas du tout. Que penses-tu de Sarkozy?

– C’t’un con! (Oui, c’est une fille du Sud =D )

– Et pourtant, tu as voté pour lui. Enfin, une majorité de Français. Donc on part du principe que tu es d’accord qu’il soit là.

N’importe quel abruti pourrait se retrouver président, avec du charisme et de la démagogie. L’Histoire nous a rapporté de nombreux cas d’élections qui ont mené à la catastrophe. Et pourtant, ça reste…

– Oui, mais un Roi, c’est pire! Parce qu’il peut naître comme ça!

– Et bien non, parce qu’en Belgique, notre Roi ne dirige pas notre pays. Il sanctionne et promulgue les lois, sans même avoir le droit de le faire seul (toute signature doit être contresignée par un ministre d’État), et sans avoir le droit de faire quoi que ce soit d’autre.

Pourtant, toute son enfance il a été préparé et éduqué à « faire le roi». Il est éduqué à parler bien, à agir comme il faut, à être présentable et à ne pas dire de conneries. Albert II, du moins à ce que je sache, n’a jamais proféré la moindre parole qui ait pu provoquer un tollé dans les médias. Notre Roi est soutenu par le peuple, parce qu’on a l’assurance qu’il s’agit de quelqu’un d’éduqué, droit, et fidèle à son pays. »

Le café doit être bien amer pour certains, ce matin. Les anti-royaux doivent se dire « Quel idiot celui-là, et la démocratie, c’est pas plus important? ». Oooh que si. Seulement le roi, il est théoriquement obligé de sanctionner et promulguer les lois. S’il ne le fait pas, il est mis en incapacité de régner jusqu’à ce qu’un régent le fasse à sa place (cf: cas de l’avortement).

Ceux qui décident des lois sont des parlementaires élus proportionnellement par le Peuple, par un principe de bicaméralisme, ce qu’on peut considérer comme l’apogée même de la démocratie. Le chef d’État n’a alors plus rien d’autre à dire que « Sanctionne et Promulgue, et ordonne sa publication au Moniteur Belge. »

Allez, une petite accusation bien gratuite pour terminer: La N-VA a la majorité dans le pays. Peut-être que c’est dans leur intérêt que le pays devienne républicain. Qui veut d’un président de Wever Ier?

%d blogueurs aiment cette page :