Archive

Archive for the ‘Européenne’ Category

Être ou ne pas être Charlie

Ces quelques jours ont été éprouvants. Pour ceux qui, comme moi, ont dévoré l’actualité seconde après seconde, horrifié par le meurtre lâche, cagoulé fuyarde, enthousiasmés par les succès des opérations françaises pour les pourchasser et attristés par le décompte cinglant de cet épisode sombre de ce début de cette année qui ne fait que commencer. Charlie Hebdo était un magasine provocateur, et d’autres cultures que la nôtre – qui estime avoir autorité chez nous – a mis la tête d’un dessinateur tolérant mais insolent à prix, confiant le sale boulot à des petites mains reliées à un cerveau asservi. Et puis nous voyons la vidéo de l’intervention où l’on voit une très large poignée de policiers tirer un très grand nombre de coups de feu sur un homme et certains médias s’en féliciter :

Featured image

Titre de la Meuse: Non « Justice » n’a pas été faite.

Non, justice n’est pas faite. Parce que cette justice-là n’est dès lors plus différente de celle-ci:

Ignobles tueries au nom du Prophète

Ignobles tueries au nom du Prophète

Donc même si je partage le soulagement de tous, je déplore tout de même que nos pays peuvent éviter ces catastrophes. Liberté d’expression et Charlie Hebdo : les ennemis de tous sont notre phare

Unanimité autour de Charlie : un contre-sens?

Luz reprend la mouvance du magazine en remettant tout le monde à leur place. Vous n’êtes pas Charlie, vous êtes des gens blessés, tout comme Charlie Hebdo l’est. Mais dans le fond, le fait que nous « tolérons », et supportons quand ils sont blessés, notre ennemi, montre que nous sommes animés d’une force qui transcende celui des guerres. Ce que nous défendons, c’est le droit qu’a nos ennemis de s’exprimer plutôt que faire la guerre. Nous nous chérissons les uns les autres même lorsque parfois nous regardons un peu ailleurs ou nous fâchons un petit peu. Non, ce n’est pas un contre-sens, Luz. C’est juste que nous avons besoin de la diversité de l’humour, tout comme celle de religions.

Un message de paix

Être ou ne pas être Charlie, en fin de compte, avec Charlie, ça n’a aucune importance. Il vous tournera tous en dérision. Parce que nous sommes en démocratie, nous écoutons les masses, mais également les petites voix qui s’opposent à tout, on débat avec, on en accepte les critiques, et on arrive à une solution. Nous avons créé un pays qui ne tue plus ses citoyens qu’en cas d’extrême nécessité, qui accepte toutes les religions tout en permettant à ses habitants de vivre, parfois difficilement, mais d’un point de vue historique, il s’agit d’un exploit. Nous sommes libres, égaux et frères. Et c’est cet exploit que nous défendons. Parce que Charlie pouvait se mettre tout le monde à dos. Il pouvait blasphémer et briser les limites. Parce que dans notre monde obscurci, nous avons besoin de connaître les limites à nos libertés, et les repousser comme un mur contre la terreur de la guerre et l’autodafé. Nous n’avons pas peur, nous ne répondrons pas à vos menaces. Nous sommes Charlie et en paix. Toutes les religions réunies aujourd’hui à Paris vous le diront :

Salem • Shalom • Charlie

=D

Hé, Adolf, tu devineras jamais la dernière…

Attention, l’orientation prise dans cet article est expressément inverse de la mienne. Il s’agit là d’une démonstration par l’absurde. Mon opinion sur le sujet a déjà fait l’objet du précédent article; je tiens juste à ouvrir les yeux des gens à propos des auteurs de la proposition de loi.

Timbre à l'éffigie du dictateur Allemand

Hé Adolf,

Tu ne devineras jamais la dernière! Dans les anciens peuples conquis de Belgique – tu sais, ce petit pays qui se disputait tout le temps, avec un fort séparatisme au Nord, qui t’a d’ailleurs été franchement utile? Hé ben ceux du Nord dont je te parles, ils veulent indemniser tes collaborateurs!

Oui, je vois ta tête jusqu’ici, sourire devant ces idioties qui te donnent plus de pouvoir. Quand on pense que tu t’es suicidé précisément parce que le monde te haïssait! On ne s’est plus écrits depuis lors, mais tes collaborateurs ont fait l’objet d’une sauvage répression. Oui, tes sourcils se froncent. Ils en ont tué pas mal, c’est vrai. Des femmes, aussi, pour avoir copulé avec tes soldats. Je ne peux pas te jurer qu’elles étaient aryennes, enfin soit.

Et ben, les enfants de ceux-là, ils seront indemnisés si la loi est votée. Elle est juste discutée, au Sénat, c’est même pas sûr qu’il sera adopté, mais ils y pensent. Oh, c’est pas tout ça, je sais que les enfants de tes amis ont le droit d’en honorer la mémoire sans honte, etc. … Mais pense donc à tous ces juifs déportés par lesdits collaborateurs! Et leurs enfants! Je t’entends rire jusqu’ici.

Les vrais perdants, dans tout ça, ce sont les enfants de tes résistants. Tués par lesdits collaborateurs, mais eux n’ont pas fait l’objet d’une indemnisation! Alors, tu vois le tableau! On conquit un pays, on profite du nationalisme au Nord (diviser pour régner, encore un coup de ton génie, peut-être même en font-ils usage encore maintenant) et maintenant tes collaborateurs sont récompensés! Voyez-vous ça! Je pense qu’ils aiment qu’on se moque d’eux.

Tu veux la meilleure? Leur ministre, là, un catholique, il a même parlé d’«oublier» ton passage! Un des hommes que tu as déporté aurait appelé ça un lapsus révélateur. Mais il s’est abjuré par après, va savoir; peut-être juge-t-il important de ne pas t’oublier. D’ailleurs, d’un côté, t’oublier empêcherait d’indemniser tes collaborateurs.

Il paraît que ça fait scandale, là-bas. Tu me diras, vu la quantité impressionnante de résistants qu’il y avait là-bas, pas mal de familles manquent encore un peu d’eugénisme. Ah! oui, l’eugénisme.

Tu sais, d’un côté, les flamands ils en font encore un peu preuve. Ils veulent se débarrasser des wallons car « trop pauvres, langue insignifiante, parasites, junkies potentiels, trop bêtes pour apprendre le néerlandais » … d’un côté, c’est plutôt eugéniste de vouloir se séparer! Bon, ils n’ont pas encore pensé à vraiment supprimer les inutiles; mais on a déjà un peu d’interdictions envers les francophones, c’est déjà pas mal.

Oui, là tu es plongé dans un silence partagé. Tu as connu ça, hein? Les débuts ne sont pas simples, pour eux. Ils en sont encore à la démocratie, c’est pas gagné d’avance. Encore que, parfois la démocratie n’a pas été écoutée pour des principes de procédure. Il suffit de ça, je te dirais.

Et d’ailleurs, il y a quatre ans de cela, ils ont voulu faire reconnaître à l’État la responsabilité de l’état dans la collaboration. Intéressant, n’est-ce pas? Un peu comme Pétain, les Belges. Tous, en fait. Ils ont vu en toi une possibilité de s’affirmer, parce que tu leurs as dit qu’ils avaient raison, toujours. Tu as su faire plaisir à leurs émotions, tu as su jouer de leurs histoires.

T’inquiète pas, tu es mort, mais ta façon de procéder, elle, est immortelle. Tu en as de la chance, parce qu’en France, le FN en tire profit aussi; la N-VA un peu, aussi. Et dans d’autres pays aussi. Et! N’oublie pas! Les droits d’auteurs courent 70 ans après le décès de l’auteur. Ça n’en fait que 67, n’oublie pas de demander des royalties!

Sur ce, pense bien que l’homme sera toujours assez bête pour croire en tes mensonges: Seul, le monde n’est pas mieux.

Bonne journée.

Une européanisation en proue… et une N-VA à contre-courant.

Les vacances politiques n’ayant pas eu lieu, la fatigue générale se fait ressentir dans les rangs. Grincheux, divisés, chaque homme politique y va de sa petite anecdote.
Au niveau européen, on prépare un système de listes transnationales, qui fait débat. Entre les deux? La N-VA.

Double paradoxe pour la N-VA. Un parti nationaliste paneuropéen, contre les listes transnationales.

La N-VA a encore montré une idiote opposition à une idée qui formait la majorité. Alors que, de façon relativement unique, le parti séparatiste nationaliste se veut paneuropéen,  et surtout y faire progresser leur image -ce qui n’est pas gagné compte tenu de leur façon de traiter les minorités linguistiques – elle s’est opposée à la formation de partis européen transnationaux.

Cela permettrait à des partis européens de se faire élire au sein de plusieurs pays, plutôt que participer au parlement de façon ponctuelle, chacun y allant de la défense de son propre pays, de son propre programme qui ne sera, de toute façon, pas respecté.

Cela n’est certes pas extrêmement grave – la N-VA n’ayant pas tout à fait leur mot à dire à ce propos -, mais permettra peut-être aux autres partis d’ajouter un argument à la liste des « contre » en ce qui concerne l’adoption d’un gouvernement comprenant le principal parti flamand.

Cela n’étant pas gagné, si l’on en croit Kris Peeters. J’ai pourtant bien envie de croire que le parti séparatiste soit esseulé. Malgré le fait qu’on ne peut guère davantage éloigner les deux parties du pays, l’espoir de voir la Belgique sortir de cette crise demeure vivant.

Et ce qui fait me dire ça, ce sont les déclarations de la N-VA.

En effet, si ce parti s’est opposé à la formation d’un Super-État européen, c’est aussi parce qu’ils ont peur de l’effet que cela aurait sur l’idéologie Belge. Si on fédéralise de plus en plus l’Europe, il n’y a pas de raison de défédéraliser la Belgique. D’autre part, cela témoigne de la peur qu’a le parti de devoir subir le contrôle d’un organe qui lui est supérieur, ce qui, sans la formation d’un État Européen, est impossible.

Je ne dis pas que la fédéralisation globale de l’Europe est tout à fait envisageable, bien que l’idée m’enchante. Le mélange de cultures est un argument qui se vaut pour le rattachisme, il se vaudra tout autant pour l’étatisation.

Si les négociations s’enlisent, les pouvoirs de l’Europe, dont l’ambition est maintenant à l’unification, s’exprimeront en faveur d’une unification de la Belgique, ou de la séparation simple et dure entre la Flandres et la Wallonie au profit d’une solution rattachiste avec la France et les Pays-Bas.

La N-VA, armé d’arguments politiques certes convaincants, se veut pro-européenne. Et pourtant, je suis tenté de croire que l’ambition qu’il y a derrière est tout simplement ridicule; si la N-VA ne veut pas se mettre à la disposition de l’Europe, elle veut s’y imposer. Sans vouloir aller trop loin dans l’interprétation, cela pourrait impliquer le refus de certaines mesures, et la demande d’adoptions de textes qui ressortent directement de leurs idées ségrégationnistes… voir même de donner une importance à leur langue sous-représentée.

« Honny Soit Qui Mal Y Pense », comme diraient les anglais, on ne rencontre plus d’avancées importantes dans les négociations depuis bientôt un an. La date du 26 avril, jour de la démission du précédent Premier Ministre et actuel premier ministre en affaires courantes, Yves Leterme, se rapprochant beaucoup trop vite, on peut déjà se préparer à un tonnerre d’articles sur tous les médias du monde pour dire que la Belgique se passe de gouvernement depuis un an.

Ce sera le moment de sortir notre légendaire auto-dérision.

Bonne journée!

%d blogueurs aiment cette page :