Accueil > Actualité, Belge, La Belgique pour les Nuls, noGov > La Belgique, ou « tergiverser sur des concepts inventés »: De quoi parlent les négociations?

La Belgique, ou « tergiverser sur des concepts inventés »: De quoi parlent les négociations?

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, petit tour pour reprendre toute la négociation dans sa globalité, sans rentrer dans les détails. Avis aux non-initiés.

Crédit photo: RTL info

Tous les aspects se mélangent, et les politiciens en parlent sans les situer vraiment dans la « sphère » politique qui maintenant se présente davantage comme un labyrinthe.

Pour clarifier, je vais diviser le sujet en deux grands points: L’argent et la Langue. Bien entendu, beaucoup de choses – comme BHV, par exemple, regroupent un peu des deux sujets; mais là où une discussion relative à l’argent se présente, l’argument avancé est souvent la langue; tout comme lorsqu’il est question de l’emploi d’une langue dans une commune, l’intérêt présenté est bien souvent l’argent.

Quand on les place plus ou moins à égalité, ça a tendance à créer des mélanges idiots; comme traiter les wallons de pauvres ou de parasites, alors que la seule véritable différence qu’il y ait entre les flamands et les wallons… c’est leur langue.

Voilà pourquoi je les sépare distinctement. D’autre part, nous remarquerons que l’argent et la langue sont au centre des conversations depuis longtemps – si longtemps que la politique de l’état en elle-mêm s’est vue transfigurée sur le même schéma.

C’est ainsi que pour l’argent, il sera relativement aisé de rattacher les discussions aux compétences régionales, tandis que lorsqu’il sera question de langue ou de culture, par définition, il sera question des communautés.

L’argent

Tout le monde a entendu parler de la loi de financement. Pourtant, de quoi s’agit-il? Il s’agit d’une loi spéciale, surnommée LSF dans le jargon (loi spéciale du 16 janvier 1989 relative au financement des Communautés et des Régions); une lecture à la fois redondante et obscure, qui fixe le fonctionnement du financement des communautés et des Régions. Les Communautés n’ont aucun pouvoir fiscal, et reçoivent de l’argent du fédéral, tandis que les Régions disposent de recettes fiscales propres.

L’impôt que l’on paye tous est perçue par le fédéral (qui chapeaute les communautés et régions)  qui les redistribue proportionnellement à la contribution. La région qui apporte plus reçoit plus.

Ce modèle peut paraître juste, d’un point de vue extrêmement pragmatique. En effet, et du point de vue des nationalistes, il n’y a pas de raisons que les francophones vivent sur le dos des flamands. Mais encore une fois, la Flandre, par ce biais, pensant s’en prendre aux francophones, s’en prend en réalité aux Wallons. Et c’est différent: parmi les wallons, n’oublions pas les germanophones! Et n’oublions pas que Bruxelles est une région également qui compte son lot de francophones et qui pourtant rame d’un point de vue fiscal, car a besoin de plus de fonds que sa population n’apporte.

Ensuite, il pose un très lourd problème fiscal: en effet, en offrant des régimes fiscaux différents d’un côté du pays comme de l’autre, on risquerait d’exacerber une différence même ténue de financement, et provoquer ainsi la ruine pure et simple d’une région entière, en forçant l’exode d’une région à une autre.

Alors est prévu une solidarité; une sorte de système de vase communicants, dont profitent actuellement les deux régions Bruxelloise et Wallonne.

Mais alors, cela a posé un autre problème! Car si les communautés ne disposent pas d’un fonds propre, et que celui-ci provient du fédéral, il peut y avoir des disproportions d’usages de part et d’autre du pays. En 2001 a alors été pris une négociation concernant ce vase communiquant afin qu’il soit équitable.
Mais les nationalistes veulent davantage, pouvant conduire la Wallonie à perdre… 1 milliard d’euros par an.

Mais tout ce chipotage conduit à un constat: La Belgique s’appauvrit. Toutes ces collectivités politiques nécessitent un gouvernement chacun qui, il faut le dire, doit bien se nourrir.

Alors qu’on a inventé un petit concept – les région – les problèmes se sont succédés d’eux-mêmes en « butterfly effect », conduisant à une impasse. Il est évident qu’à force de vouloir complexifier un problème, on ne va pas le résoudre. Les Flamands pensent payer davantage que la Wallonie? C’est évident! Il aurait suffit que Charleroi soit en Flandres pour que la situation soit différente de ce point de vue.

Il est donc illogique d’avoir séparé les deux communautés encore davantage avec le système des régions. Parce que les Flamands, qui souffrent, nous allons le voir, de ce vieux complexe de langue, trouvent soudainement des arguments économiques à la séparation. C’est un bien trop gros cadeau, et il est temps de leur ouvrir les yeux à ce propos: Nous ne sommes qu’un seul pays, nous ne sommes pas des profiteurs ni des parasites.

Nous demandons également à ce que la situation économique de notre région s’améliore. Mais si c’est le cas, ce ne sera pas par le biais d’une isolation, d’un égoïsme financier.

La Langue

En 1829, la Belgique était hollandaise. Chassés du pays, la bourgeoisie – bien qu’ayant largement profité d’une milice néerlandophone – a voulu affirmer cette différence en faisant l’étalage du français dans la capitale. Un lion retient la France, une langue retient Guillaume D’Orange.

La fière Belgique peut se targuer de profiter de la langue de Molière. Les Flamands, eux, paysans, parlaient la langue de leur choix, mais ne pouvaient guère profiter d’une justice en leur langue.

Puisque l’Histoire a beaucoup d’importance lorsqu’on veut se servir d’arguments mitigés, elle vient au renfort des nationalismes flamands. Nous avons été longtemps lésés.

Il s’avère que du haut de leurs 21 millions de néerlandophones à travers le monde, ils ne mènent pas large.

Ce qui nous amène au problème de la « colonisation linguistique ». Soi-disant, les francophones envahissent la Belgique, d’après l’un des personnages les plus détestables qui soient, Vic Van Aelst.

Avocat de parachutistes, il défend la thèse que, tout comme lorsqu’il était enfant et opprimé par les méchants francophones, ceux-ci piétinaient ses terres et brûlaient tout sur leur passage; en dévorant les animaux, violant les enfants, et parlant français très fort avec des chaussettes dans des sandales à Knokke-le-Zoute.

Je ne vais pas m’étaler sur le sujet – peu intéressant, en somme – de la vérité de ces propos. Je vais plutôt analyser la situation en regard de ce qu’il a à y gagner.

BHV, et les communes à facilité, majoritairement francophones, peuvent voter pour des listes flamandes comme Francophone. Alors qu’il serait pourtant légitime et logique que tout le pays puisse en faire autant, cela semble « de trop » pour les nationalistes.

Pour Me Van Aelst, il est évident que cela ressemble à un agrandissement de la Communauté française de Belgique, et que par ce biais nous allons agrandir la francophonie et réduire la Flandres.

C’est ainsi que l’on fait fonctionner sa démagogie et que l’on accuse la francophonie de vouloir détruire la Flandres.

Ainsi, les électeurs, se sentant opprimés, voudront se défendre contre ça. Bart de Wever, fervent défenseur de l’Esprit Flamand, viendra remettre de l’ordre dans tout ça.

Tant et si bien qu’ils vont refuser de laisser la francophonie être définie comme minorité linguistique! Pourquoi? Parce qu’une minorité linguistique doit être défendue, or pour eux ce serait horrible de devoir tout faire pour la défendre.

Cela montre encore une fois de la ségrégation qui se déroule sous nos yeux: Non, nous ne reconnaissons pas cette minorité, comme ça nous n’avons pas de droit à leur reconnaître. Si, si, nous sommes des humains.

Synthèse

Comme nous pouvons le voir, la Belgique a inventé de nombreux concepts pour céder aux caprices nationalistes. Cependant, il faut tout de même se rendre compte de l’absurdité d’une telle chose: Au bout de bien 20 ans de négociation, rien n’est solide, et plus on accordera plus ils voudront. Il est temps, grand temps, d’oublier les communautés et les Régions, au profit d’une Belgique unie; à l’époque où elle vivait prospère.

La Flandre a bien vécu sur notre dos. Loin de demander un retour ou de récupérer quoi que ce soit, il faut peut-être qu’ils ouvrent les yeux – bon sang, on forme un pays!

Et un sacré bon pays!

Rappel, à bruxelles ce samedi, ce n’est pas un picnic qu’il y aura à Bruxelles. J’espère vous y retrouver.

Bonne journée.

Comme mentionné dans la marge de droite, une quantité astronomique de travail m’empêchera peut-être de publier ces prochains jours.
Publicités
  1. Youri
    5 mai 2011 à 21 h 42 min

    Personne n’est encore parvenu à m’expliquer pourquoi il fallait, à tout prix, sauver ce pays qui prouve à suffisance qu’il ne fonctionne plus et ne pourra plus fonctionner sauf si les Wallons et les Bruxellois acceptent de devenir des habitants de deux sous-colonies flamandes.

    Ces manifestations unitaires dans le chef des Francophones relèveraient-elles d’une certaine sorte de masochisme ???

    • 5 mai 2011 à 21 h 49 min

      Y a-t-il une meilleure raison que « Parce qu’on aime notre pays » ?
      Toutes les autres raisons ne seront que des prétextes.

      • Youri
        5 mai 2011 à 21 h 55 min

        Pragmatiquement, cette raison ne tient pas la route en fonction du fait que le pays ne fonctionne plus et ne pourra jamais plus fonctionner.
        Game Over.
        Il est temps de passer à autre chose et arrêter de larmoyer.

      • 5 mai 2011 à 21 h 58 min

        Un pays n’est pas formé que de pragmatisme, Youri.
        Et le pays n’est pas plus terminé que la France n’est séparé de la Corse.

        Sais-tu que les différents États des états-unis a davantage de compétences légales que les différentes entités fédérées en Belgique?
        Et pourtant c’est un seul et unique pays.

        Il n’y a pas d’arguments pragmatique pour plaider sa séparation dès maintenant non plus.

  2. Youri
    6 mai 2011 à 22 h 55 min

    Malheureusement, dans le cas de la Belgïe-que, le pragmatisme est essentiel.
    Ne t’en déplaise…

    • 9 mai 2011 à 21 h 18 min

      Cela dit, le séparatisme reste une idéologie. Par définition, ce n’est pas pragmatique. Et le pragmatisme s’opposera à la division, compte tenu des réalités économiques.

  3. 9 mai 2011 à 21 h 10 min

    Bon résumé de la situation. Bravo Maxime.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :