Accueil > Actualité, Belge, Internationale, La Belgique pour les Nuls > C’est trop injuste! (A.K.A L’allégorie de la Montgolfière)

C’est trop injuste! (A.K.A L’allégorie de la Montgolfière)

Ce matin, Laurette Onkelinx, vice-premier ministre, qualifie De Wever de Caliméro. Les choses se précipitent dans la classe politique: d’une part le rapport semestriel doit être déposé à l’Europe, d’autre part les négociations sont à nouveau bloquées, et enfin nous arrivons bientôt à l’échéance donnée par Wouter Beke et par la N-Va.

Wouter Beke, CD&V, négociateur Royal, déçoit les francophones et ne s’accorde plus qu’une dizaine de jours pour résoudre le casse-tête.

Bart de Wever, le Caliméro politique. « J’aurais préféré que l’on me consulte » à propos du programme de réforme qui doit être remis à l’Europe. Il a été consulté.

Il y a un peu moins d’un mois, la N-VA (Jan Jambon) lançait un ultimatum, 6è du nom. « Nous attendrons le suivant. » Ça c’est de la fermeté.

Pendant que la N-VA devrait se rendre à l’évidence de l’inaccessibilité de son parti au pouvoir, elle continue à bloquer la situation, comme des gamins qui ne veulent pas voir arriver quelque chose qu’ils redoutent. Ils aiment mieux faire preuve de mauvaise foi que laisser un gouvernement stable se former.

Misère! Ce serait la fin du séparatisme!

Plus loin, en France, là où la langue de Molière est mise à l’honneur, on fait une nouvelle gaffe:

 

Les Galeries Royales Saint-Hubert, c’est bien à Bruxelles, ça, non? Bruxelles, c’est la Flandre, maintenant?

Celle-ci, après après la carte de TF1:

 

La preuve irréfutable que la TF1 préfère fabriquer ses propres cartes que chercher sur Google.

C’est à se demander si c’est une bonne idée de mélanger la Wallonie de la France. Ils pourraient se dire: « Oui, on accepte la Wallonie en France, comme ça on a la Côte Belge! ».

Quel intérêt, pour nous, de rejoindre la France? Absolument aucun. Je ne veux pas d’un président et encore moins de leurs bagarres politiques qui sont en totale rupture avec notre façon de mener un débat politique. Nous, on se dispute PUIS on forme un gouvernement, pas l’inverse… je ne dis pas que c’est mieux.

Et quel intérêt pour les Français d’ajouter la Wallonie? On leur a demandé leur avis, aux Français? Ce serait injuste pour eux…

Abandonnons cette idée loufoque, l’Europe n’a guère besoin de mettre Bruxelles à Paris, pas plus qu’à Amsterdam. La Belgique, c’est le cœur de l’Europe, et la N-VA veut propulser la Flandre sur la scène européenne … en empêchant son propre gouvernement de déposer ses budgets.

La ségrégation linguistique, c’est bien interdit par l’Europe, il me semble. En total désaccord avec l’idéologie Européenne, la N-VA n’a absolument aucune chance de s’y imposer.

La N-VA continue son voyage de mauvaise foi, pour mieux maintenir la montgolfière au sol. Et tant qu’on restera arrimés, les partis auront beau actionner le brûleur pour former une coalition cohérente, il y a encore cette lourde masse à bord qui les entravent dans leur périple.

Et cette lourde masse sait très bien que si elle partait, si on larguait du lest, la montgolfière s’élèverait. Et pendant qu’ils hurlent tous: Allez, Aide-nous à grimper! Lui, comme menace, dit: « Non. Si vous n’acceptez pas, je sors de la nacelle », alors que c’est aussi une solution…

Voilà pourquoi la N-VA refuse de partir. Ils sont parfaitement conscients que s’ils partent, les autres partis se débrouilleront sans lui.

Alors, cet ultimatum, Mr De Wever? On se dégonfle?

 

Encore un café sur un ton relativement léger. Bonne journée.

 

Publicités
  1. 14 avril 2011 à 12 h 59 min

    J’ajouterai à tes propos qu’un rattachisme à la France, aussi farfelu soit-il, serait même une menace pour la France et signiferait même la fin de cette dernière.

    En effet, si les Wallons intègrent la France, cela n’empêcheraient pas certains de la quitter (ex : les Corses) !! Quelle sera notre attitude ?

    Et puis, on a besoin de vous comme tête de turc ! 😉

    • Youri
      14 avril 2011 à 14 h 01 min

      Vous connaissez beaucoup de Corses qui souhaitent l’indépendance ?
      C’est me semble-t-il une fable entretenue par quelques % d’indépendantistes certes bruyants mais l’immense majorité des habitants de l’Ile de Beauté sait très bien que sans la France, ce ne sont pas quelques chèvres et les touristes durant quelques semaines qui les feraient vivre.

  2. 14 avril 2011 à 13 h 03 min

    C’est un peu catastrophiste de dire que le rattachement signerait la fin de la France, non?
    Une menace, cela dépend le poids de la dette qui est attribuée à la Wallonie.

    Hé, c’est pas parce qu’on a pas de gouvernement qu’on est tous comme ça 😉

    • 15 avril 2011 à 11 h 16 min

      Je ne dirais pas cela, disons plutôt que cela ouvrirait la boîte de Pandore et rien pour cela, aucun responsable politique ne prendra un tel risque !

  3. Youri
    14 avril 2011 à 14 h 53 min

    Dixime, votre contribution d’aujourd’hui vaut quelques remarques.

    Tout d’abord, j’aimerais demander de vous rappeler combien de centaines de milliers de Flamands ont voté NVA ? Ne me dites pas que la plupart l’ont fait en souvenir de Bart De Wever qui avait eu les honneurs d’un jeu télévisé. Ce serait faire preuve d’une drôle de définition de la démocratie et se moquer de l’électeur flamand que de prétendre qu’il vote NVA uniquement pour cette raison et qu’il ne connaît pas le programme de ce parti.
    J’ajoute qu’à ces 28% de votants, il faut additionner ceux du VB, de LDD ainsi que d’autres plus hypocrites encore qui se « cachent » dans les partis « acceptables » mais souscrivent peu ou prou aux thèses indépendantistes.
    La NVA est un parti fréquentable, démocratique. Il reprend des thèses développées par le VB sans en accepter la composante raciste. La NVA est nationaliste; doit-on le lui reprocher ?
    La NVA poursuit son but, son programme qui est de toute évidence incompatible avec le programme des Francophones. Le blocage n’est donc pas dû à la NVA mais à l’impossibilité de s’entendre entre Francophones et 50% de la Flandre (reste à prouver que les autres 50% sont moins rabiques sur le domaine communautaire).
    Alors, larguer la NVA ne résoudra rien au problème belge. La mongolfière s’envolera peut-être mais pour se crasher de plus belle ensuite pour le plus grand bonheur de la NVA d’ailleurs. On aura juste perdu du temps en une stagnation stérile.

    Et HOP, une petite couche anti-française. Ca faisait longtemps !!!!
    Facile de se moquer ainsi de l’étranger qui ne connaît pas notre géographie.
    Sans tricher, Dixime, pouvez-vous me situer aisément le Schleswig – Holstein ou la Sarre en Allemagne; la Drenthe ou la Gueldre aux Pays-Bas ou même en matière de départements la Nièvre, la Creuse ou l’Yonne en France ??????? Sans tricher !!!!
    Je vous rappelle aussi que fréquemment certaines agences de promotion de la Flandre inondent les pays étrangers (et donc Paris) de cartes erronées qui situent Bruxelles en Flandre voire même dans la banlieue anversoise.

    Quel intérêt pour la Wallonie (Bruxelles: ??) de rejoindre la France ?
    Tout d’abord (re)trouver enfin une patrie dans laquelle le voisin ne vous montre pas sans cesse du doigt en vous traitant de fainéant, de pauvre et de stupide. Personnellement, je n’ai jamais entendu un habitant d’Ile de France ou de région Lyonnaise clamer : » plus un Euro pour la Corse , région pauvre, fini la solidarité !!! ».
    Ensuite, il est plus simple de faire un pays avec 22 régions (métropolitaines) qu’un autre avec 2 grandes régions belges où une désire sans cesse supplanter l’autre.
    Vous ne voulez pas d’un Président. Soit.
    Rassurez-vous je n’aurais pas non plus voté Sarkozy (ouf se dit Gilles) car ma sensibilité est de gauche. Mais j’attends de savoir réellement pourquoi, outre une allergie à ce bonhomme, vous rejetez ce type de régime présidentiel ?
    On se bagarre en France dans les hémicycles ? Oui et alors ? N’est-ce pas une preuve d’une démocratie vivante ? Evidemment, vous préférerez le système belge (bloqué) où on se bagarre avant mais vous oubliez aussi qu’après les choses ne sont pas simples (le précédent gouvernement – un rien bidon d’ailleurs – n’a pas tenu jusuqu’au bout, faut-il vous le rappeler ?)

    On leur demandera leur avis aux Français dans le cadre de l’art 53 de la Constitution Française qui permet l’adjonction de territoires au pays. Evidemment, il faudra qu’on nous demande aussi notre avis. Vous voterez « contre », c’est votre droit et moi « pour » car c’est le mien. Gageons que quand on aura expliqué correctement aux citoyens wallons les avantages (et les inconvénients) de pareille union, je ne serai pas le seul.
    Soit dit en passant que je ne connais pas de pays qui ait refusé de s’agrandir pacifiquement.
    Soit dit en passant aussi que la Wallonie n’est pas si pauvres que la Flandre veut bien le clamer. J’aimerais aussi vous rappeler que la France développe actuellement le port de Dunkerque pour en faire un port de pleine mer (ce que ne sera jamais Anvers) capable d’accueillir les futurs navires au tirant d’eau supérieur aux actuels. A nouveau une petite question géographique voulez-vous: quel est le plus court chemin pour relier la conurbation Lille-Dunkerque-Calais à celle de Aachen-Köln ? Tout bénéfice pour notre Wallonie n’est-il point ?

    Je comprends que vous ayez, comme tant d’autres belges, été conditionnés anti-français. Notre « pays » a d’ailleurs été créé comme rempart contre la France et a aussi depuis longtemps cultivé une bonne dose d’un complexe d’infériorité face aux Français. Le lion de Waterloo n’arbore-t-il pas fièrement ses crocs et griffes viriles vers la France ?

    Sortez de votre syndrôme de Waterloo Dixime et tentez d’analyser froidement tout le problème sans a-priori aucun.

    Je sais, ce n’est pas simple et je fus belgicain avant vous.

    • 14 avril 2011 à 15 h 21 min

      Ho, d’abord je ne vous avais pas reconnu. La N-VA est un parti démocratique… Avez-vous lu mes 20 derniers articles, ou j’emploie des termes lourds pour euphémisme en parlant de leurs volontés? Ils ne sont pas seulement indépendantistes, ils font, au quotidien, une forme de ségrégation linguistique. Bart de Wever lui-même n’hésitant pas à insulter les francophones. En êtes-vous?

      Avez-vous lu l’article du 12 avril ( http://bit.ly/gUGmLd ), dans lequel j’explique les multiplse raisons pour lesquelles la N-VA n’a jamais essayé de se lancer dans un gouvernement, ni même de former un gouvernement? Bart de Wever lui-même a déclaré dans la presse qu’il ne désirait pas être ministre mais bourgmestre à Anvers.

      Certes, comme ça je serais incapable de placer précisément une ville sur une carte. Même Bruxelles, je ne saurais pas la placer précisément. Mais au rappel, je ne suis pas journaliste chez TF1, et quand j’allègue des cartes, images, chiffres, je prends au moins la peine de les vérifier. Et au-delà de la note amusante de relever ces petites erreurs, je ferais remarquer qu’il s’agit là d’une GRAVE erreur journalistique.

      Pour le paragraphe qui suit, je me contenterai de citer mon article: « je ne dis pas que c’est mieux. ». Je ne veux pas savoir pour qui vous avez voté, mais, tout comme en Belgique, d’ailleurs, je serai incapable de soutenir aucun de vos politiciens, parce qu’aucun n’a la décence de se défendre au nom de la bonne volonté, toujours au nom d’une idéologie qui a tant et tant été rappelée qu’elle en a perdu tout son sens.

      Par contre, je vous trouve bien présomptueux de me dire anti-français. C’est un pays que j’adore, dans lequel je me rends souvent, et je n’ai pas été éduqué anti-français. À vrai dire, on m’a éduqué anti-rien et tolérant, ce que me rend aussi sensible à toutes les ségrégations, et peut-être à Amnesty International dans lequel je suis activiste.

      On me dira alors que je ne défend pas de point de vue à proprement parler dans cet article. effectivement, c’est un article au ton léger, parce que je n’ai pas eu le temps d’en rédiger un sérieux et correctement documenté.

      Pour moi, le souci est davantage culturel qu’économique. Quel pays ne rêve pas s’élargir pacifiquement, quel pays ne veut pas en rejoindre un autre… Je vous rappellerai que dans mon pays, 30% de la population a voté pour un parti qui désire la pure et simple division par deux de son territoire! Donc s’agrandir n’est pas tellement dans nos priorités.

      Nous parlons la même langue – mais c’est tout. Le pays du vin n’est pas le pays de la bière. Le pays du Camembert n’est pas celui du Herve. Le plat pays n’est pas le pays où l’on part skier chaque hiver. Le pays avec le meilleur niveau d’éducation d’Europe n’est pas le pays où le niveau d’éducation est catastrophique. Le pays dans lequel je suis né n’est pas la France. C’est tout.

      Et si je rejette aussi fort le rattachisme, c’est aussi parce que paradoxalement, il est associé au séparatisme. Il n’y a pas lieu de rejoindre la France si on a encore la Flandres, n’est-ce pas?

      Voilà, en attendant mon article de demain qui vous sera tout dédié, veillez à bien relire celui du 12 avril dans lequel j’explique pourquoi la N-VA n’est et ne sera pas un parti au pouvoir. C’est un parti d’opposition qui a gagné… c’est un cas particulier du vote proportionnel, de la particratie, pas un cas comme les autres où tout se déroule comme prévu. À la base, le problème vient de là.

      • Youri
        14 avril 2011 à 16 h 00 min

        Mais vos derniers articles tout comme celui-ci n’engagent que vous. C’est votre avis que vous développez. Si vous ne voulez pas avoir à « subir » des nuances ou des critiques, il ne faut pas étaler vos croyances et vérités personnelles. C’est d’autant plus dommage que vous « avouez » avoir été léger dans la rédaction d’un article pas assez documenté (comme parfois à TF1 sans doute).
        Je ne partage évidemment pas cette façon de juger la NVA pour les raisons développées plus haut: 30% des électeurs néerlandophones méritent plus de respect que vous n’en avez pour la NVA. Comme je disais, c’est cela la démocratie. Et si cette dernière sert une cause que vous n’admettez pas, c’est comme cela, il faut l’admettre.
        Si 30% des Flamands se retrouvent dans ces idées + 12% dans celles du VB + 3% dans celles de LDD + x% dans l’aile radicale du CDnV, il faut accepter cette (quasi) majorité d’indépendantistes. Que ça plaise ou non.

        Quant à l’erreur de TF1, pour y revenir, ben oui c’est assez risible d’autant plus pour ceux qui aiment pourfendre la France quand elle en commet. Je préfère pour ma part ratisser devant ma porte.

        La Belgique est pour moi un accident de l’Histoire. Dès 1832, Talleyrand avait déclaré que ce pays ne tiendrait pas la longueur. Et vos comparaisons ne sont que de faux exemples: on fait d’excellentes bières en France et on (re)commence à faire d’excellents vins en Wallonie; le pays du Camembert est aussi celui du Roquefort, de la Tomme de Savoie ou du Munster; On ne skie pas en Bretagne et il n’y a pas d’océan à Bourg-saint-Maurice; …… la France, c’est la diversité en tout et c’est pour cela que la Wallonie s’y inscrirait très bien et en tout cas beaucoup mieux que dans une Belgique aussi habitée par des Flamands qui ne nous aiment plus (nous ont-ils d’ailleurs jamais aimés ?) et qui souhaitent autre chose pour leur Région . Peut-on réellement leur en vouloir d’induire cette force centrifuge ????

        Parce que le pays va disparaître par implosion, j’ai osé rechercher une issue pour la Wallonie (pour Bruxelles, je ne pense pas que ce sera la même); n’inversez pas les rôles svp: je regrette comme vous cette implosion mais je tente de dégager une solution pour la suite. Cette dernière n’est pas plus sotte que de croire en la pérénnité du belgium.

        Je serai attentif à votre article de demain et ne doute pas un seul instant que vous écrirez du bien de moi

  4. 14 avril 2011 à 16 h 13 min

    Youri :

    La Belgique est pour moi un accident de l’Histoire.

    Voilà quelque chose qui va profondément nous diviser. Sachez d’avance que si je peux revoir mon opinion sur la N-VA, je ne reverrai pas mon opinion sur la Belgique et sa légitimité d’existence.
    Du reste, je ne pense pas qu’il y ait grand-chose à dire de nouveau. Nos avis divergent très fort, il faut le dire, et c’est d’autant plus difficile de se nuancer quand on doit se « défendre » face à un extrême. Mais je le ferai. Quand on me présentera des arguments justes.
    Par exemple, pour la NV-A. Oh, oui, c’est juste, sa présence au pouvoir est démocratique. Mais elle veut aussi et surtout que des gens implantés légitimement dans une région deviennent flamands de force, malgré un vote strictement francophone. Ça, ce n’est pas la démocratie. Et on reconnaît la démocratie dans l’adversité, pas ailleurs.
    Et le fait que ce soit un parti élu démocratiquement n’empêche pas qu’elle défende des intérêts qui ne le sont pas. Il y a des cas dans l’histoire et des leçons à en tirer, sans vouloir faire de Godwin Point.

    Mais pour moi, le rattachement à la france restera une idée qui fera l’affaire des utopistes aussi longtemps que la Belgique existera. Peut-être verrez-vous, dans quelques années, un article sur ce blog défendant ardemment le rattachisme. Mais croyez-moi, ce sera après la séparation, et pas avant.

    Le débat de demain sera « Être rattachiste maintenant, c’est être séparatiste. »

    • Youri
      14 avril 2011 à 16 h 55 min

      « Etre rattachiste maintenant, c’est être séparatiste ».

      PAS DU TOUT.

      Comme je vous l’ai dit, je déplore que l’expérience belge fut un fiasco et qu’il n’ait pas été possible de s’entendre entre « ethnies » si différentes que celles qui composent la Belgique que je maintiens artificielle.
      Un pays, une nation, ce doit être le regroupement d’individus autour d’une cause commune. C’est en 1815 qu’il faut remonter pour nous voir associés à des néerlandophones qui plus est de confession protestante. 1830 a vu l’émancipation de la partie catholique et la création de la Belgique. Le Traité de Vienne fut en ce sens une erreur.
      Je déplore surtout aussi que la Flandre se soit arrangée depuis plus de 50 ans pour maintenir la Wallonie en l’état de sous-colonie. En ce sens, je suis profondément régionaliste. La Wallonie a commencé son redressement grâce à la régionalisation.
      Penser à la solution française, c’est prévoir un avenir éventuel. C’est essayer de dégager une solution optimale pour la Wallonie LE JOUR OU ….
      C’est encore une utopie mais de moins en moins improbable au fur et à mesure que les forces centifuges flamandes s’accélèrent. J’ai sans doute le tort d’avoir raison trop tôt. Sachez que je ne suis pas seul et que dans les grands partis francophones, il y a aussi des utopistes. Wikipedia m’apprend que utopie signifie la recherche d’une société « idéale ». En revanche une utopie peut désigner également une réalité difficilement admissible : en ce sens, qualifier quelque chose d’utopique consiste à le disqualifier et à le considérer comme irrationnel.
      Je souscris au sens premier de la définition et vous au second.
      Je lirai vos analyses et souffrez à l’avance que j’y réponde.

      Je suis de votre avis quand vous dénoncez que la NVA oblige chacun à penser en flamand. Je suis CONTRE la fin des facilités car cela signifierait que Bruxelles (à 92% francophone) soit DEFINITIVEMENT flamande (y compris sa galerie St Hubert).
      Mais la Flandre poursuit la logique du sol.
      Sans un arbitrage international qui verra aussi décider du sort de Bruxelles, je ne vois pas comment on pourra s’en sortir.

      • 14 avril 2011 à 17 h 06 min

        Votre réponse me persuade juste que ce sera un débat à la fois passionnant et intéressant. Et j’adore les débats passionnants.
        Puissiez-vous rester aussi bon argumentateur, je prendrai d’autant plus de plaisir à vous montrer que vous avez tout faux. =D
        Mais je suis bien entendu prêt à faire des concessions. Je concède, par exemple, que c’est une mauvaise idée, la fin des facilités. Mais rien n’empêche d’élargir la région Wallonne pour y inclure les communes à facilités.
        Si, tiens, un parti refuse catégoriquement un vote populaire à ce propos. Un parti démocratique, en plus, refuse un vote. Étrange, non?

        Pour l’utopie, il ne faut pas se fier à wikipédia, mais à Thomas More, l’inventeur du mot. Je suis justement sous un bâtiment qui porte son nom!
        Pour moi, une utopie est une société qu’on juge idéale, mais qui n’a de réel fondement que dans le contexte dans lequel on le place. En effet, Thomas More a placé l’utopie sur une île éloignée, hors d’atteinte.

  5. Youri
    14 avril 2011 à 19 h 06 min

    On discute à nouveau demain.
    Mais je m’en voudrais de ne pas vous rappelez que TOUS les partis flamands exigent la scission de BHV et la fin des facilités.
    Quant à un referendum, autant même pas l’imaginer.
    Aucun parti ne doit donc être démocartique en Flandre.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :