Accueil > Actualité, Belge, La Belgique pour les Nuls > Fédération Wallonie-Bruxelles, les multiples facettes de l'erreur.

Fédération Wallonie-Bruxelles, les multiples facettes de l'erreur.

Nous apprenions lundi le nouveau nom que portera la Communauté Française: « Fédération Wallonie-Bruxelles ». Grossière erreur. Erreur si grosse, d’ailleurs, qu’elle ne se contente pas de porter sur son aspect politique, mais aussi juridique et diplomatique. Analyse de ce que Mr. Demotte n’aurait jamais dû faire.

D’autre part, petit passage par les propos honteux de Kris Peeters, qualifiant anticonstitutionnellement Bruxelles de « ville-région », insistant que celle-ci ne sera jamais une région à part entière. Explications et clarification.

Bannière qu'arbore depuis longtemps déjà le site du Parlement de la Communauté Française, témoignant d'une volonté de fond.

 

« Par ce biais, les quatre partis francophones affirment haut et fort que pour eux la Région de Bruxelles-Capitale n’est et ne sera jamais aliénable à une autre entité » affirme Mr. Demotte. Et il a raison, par ce biais, ils affirment unilatéralement que Bxl, Région bilingue et entre le marteau et l’enclume, ne portera pas d’étiquette autre que celle qu’ils lui donnent.

Faut-il comprendre que les 4 partis francophones rejoignent la très critiquable méthode adoptée par les partis flamands? Les partis francophones veulent-ils montrer par là que, quitte à faire preuve de mauvaise foi, ils seraient prêt à défendre l’identité culturelle, ce sur quoi ils n’ont aucune emprise? Ils se trompent!

Tout d’abord, d’un point de vue légal. En effet, le statut des communautés est inscrite dans la constitution, ainsi que leur nom officiel. Ainsi, la communauté française s’est vue acquérir son nom le 24 décembre 1970, lorsqu’ont été mises en place les communautés, alors appelées communautés culturelles.

Pour pouvoir modifier le nom des communautés, il faut donc modifier la Constitution. À ce jour, le gouvernement n’a pas pour priorité de réviser l’actuel article 2 de la constitution. Quand bien même ils déposeraient un projet de révision de la Constitution sur le bureau de la Chambre ou du Sénat, il faut être fou pour s’imaginer que les parlementaires flamands, formant une logique majorité au sein des Assemblées Parlementaires, vont adopter un projet pareil. Je dirais même qu’il n’y a absolument aucune chance que ce texte soit adopté, car, pour rappel, en cas de révision de la Constitution, les chambres sont dissoutes… Vous voyez le peuple retourner voter des législatives?

Les présidents de parti n’ont donc pas le pouvoir de réaliser un tel changement. Mais il y a un autre problème. Ce problème est purement politique. En effet, sur une question de forme, il est extrêmement dangereux aujourd’hui de s’amuser à prendre des décisions chacun de son côté, comme ça. C’est un premier pas vers une indépendance.

Quid si la Flandre se mettait à prendre des décisions du même ordre de son côté? Naturellement qu’on relèverait l’erreur en les qualifiant d’extrémistes. La blague!

Techniquement, la Communauté Française est déjà, quelque part, un peu fédération Wallonie-Bruxelles: la communauté française ayant, pour compétence territoriale, aussi Bruxelles incluse.
Mais là où une entité avait pour objet d’unir des personnes d’une même langue, le but de ce nouveau nom est de déclarer que Bruxelles est francophone. Et ça, c’est antidémocratique, parce qu’on a rien demandé à personne. Quand la Wallonie prévoit d’adopter la politique de la terre

Pour moi c’est le cas. Si on me demandait mon opinion, en tant que Wallon ayant habité à Bruxelles je défends cette idée que Bruxelles est principalement francophone. Je défends d’ailleurs le fait de vouloir protéger la langue française dans la capitale de l’Europe. Mais en ces temps-ci, il n’est pas de bon ton d’affirmer trop fort ce genre d’idées, en tout cas de la part des politiciens.

Il faut donc soigner l’aspect diplomatique. En effet, pourquoi s’acharner à jouer au jeu de la mauvaise foi? On comprend que la volonté des partis francophones est d’affirmer la culture francophone de Bruxelles. Mais à l’heure où le bilinguisme de Bruxelles est à consolider, ils ont commis une énorme erreur en voulant se l’approprier. Cela finit par ressembler au jeu qui consiste à tirer sur la corde, chacun de son côté, jusqu’à ce qu’une extrémité lâche.
Les partis vous répondront que la Flandres le fait déjà, grosso modo, avec des propos tels que ceux tenus par Kris Peeters. Mais ne condamnons-nous pas de tels propos?

On a assez répété aux Politiciens: La division, pas en notre nom. Alors, pour la même raison et dans sa lignée téléologique: La Fédération Bruxelles-Wallonie, pas en notre nom.

La Belgique pour les nuls: On peut offrir un exemplaire à Mr Peeters?

 

Kris Peeters, n'ayant visiblement rien compris à la politique Belge.

Mr Peeters a, d’après son CV, étudié le droit à Anvers. Bien. Les étudiants de 1er baccalauréat ont appris que, contrairement à ce qu’il affirme, Bruxelles est une Région portant plusieurs noms dans la Constitution (Région Bruxelloise, art. 3, et Région de Bruxelles-Capitale, art. 136). Elle est toujours mentionnée au même titre que les deux autres régions que sont la Région Wallonne et la Région Flamande.

Je vais commencer par chercher à l’excuser. D’après ce même CV, il aurait passé sa licence en Droit avant 1986 (Mr. Peeters élude la date de l’obtention de son diplôme…), année où il a presté en tant qu’avocat. Et en effet, il travaillait comme Conseiller Fiscal à Bruxelles lorsque la loi spéciale du 12 janvier 1989, introduit la Région Bruxelloise dans la Constitution de l’époque. Il s’agissait alors de l’article 107quater, §1er.

Bref, il ouvre sa Constitution actuelle, version consolidée, peu importe qu’elle soit à jour ou non, et le troisième article qui se présente à lui dit ouvertement:

« La Belgique comprend trois régions : la Région wallonne, la Région flamande et la Région bruxelloise. »

Encore une fois, nous pouvons gratifier ce politicien de gamin qui doit sûrement le faire exprès, à chercher à dire des conneries pour qu’on se moque de lui.

Je me demande également comment quelqu’un qui conchie autant la constitution puisse présider la Région et la Communauté flamande depuis 2007. Au bout d’un certain temps, force est de constater qu’il y a des incapables, là haut, qui prennent les décisions pour nous.

Je m’abstiendrai donc de commenter ces propos au-delà de leur teneur légale, parce qu’il s’agit vraisemblablement d’un poisson d’avril et ça ne vaut même pas la peine de s’y arrêter.

 

À demain!

Publicités
  1. belgo3
    5 avril 2011 à 8 h 06 min

    Nous sommes d’accord

  1. 13 avril 2011 à 8 h 24 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :