Accueil > Actualité, Belge > La crise politique belge pour les nuls

La crise politique belge pour les nuls

Nombreux sont ceux qui n’y comprennent rien. Et ils ont raison, le problème est à la fois compliqué et tortueux, autant que l’était le système politique Belge. Ce problème tire ses sources dans l’Histoire…

Carte pour se repérer

Contrairement à ce que TF1 a affirmé le 26 avril 2010, les Régions de Belgique se présentent comme ceci:

Carte des régions Belges. Crédit : Wikipédia. Attention ! Le texte « Flandres » est une francisation abusive du nom réel, « Vlaanderen »

Bref historique et un peu de politique

Tout a commencé dans les années ’60, lorsqu’une crise économique frappe la Wallonie de plein fouet. Celle-ci, jusqu’alors riche et florissante, voit ses chiffres baisser.

Prenant doucement le dessus, la Flandre demande une juste réforme. Les Communautés sont nées, visant à défendre la culture de sa communauté. Cette collectivité politique fédérée (= façon de réunir des individus, dans un même état fédéral) a, maintenant, pour compétence:

  • Matières culturelles (théâtres, cinémas, festivités, etc. …)
  • Enseignement (sauf la durée de l’obligation scolaire)
  • Matières personnalisables (qui sont susceptibles de devenir propres à l’un des autres ensembles; par exemple l’emploi des langues dans la médecine)
  • Emploi des langues.

(art. 127 à 130 de la Constitution et art. 4 et 5 de la loi spéciale du 8 août 1980)

Elles n’étaient pas aussi larges à l’époque, puisque les compétences ont été élargies entre-temps. Ces communautés sont au nombre de 3:

  • Communauté Française (comprend Bruxelles) (Attention, le nom « Communauté Wallonie-Bruxelles » est de la manipulation politique visible sur le site du Parlement Wallon et n’a aucune référence dans la Constitution)
  • Communauté Flamande (comprend Bruxelles) (à savoir, est attribuée à la Communauté Flamande les compétences de la Région Flamande, ce qui fait qu’il n’ont qu’une seule assemblée parlementaire pour traiter des compétences régionales et communautaires, ce qui semble montrer des prémices d’une volonté d’un parlement propre, tel un État)
  • Communauté Germanophone (petite région à l’Est, où moins d’1% de la population Belge parle Allemand)

Dès lors, la Wallonie, encore « plus fort » que la Flandre économiquement et certain de son redressement, a demandé la création d’une deuxième collectivité politique fédérée: les Régions. Ceci est à comprendre dans un autre sens que le sens géographique. Les Régions comprennent, dans l’espace, plusieurs régions géographiques:

  • La Région Wallonne comprend la région langue française et de langue allemande (Communautés Française et Germanophone, Bruxelles non comprise)
  • La Région flamande comprend la région langue néerlandaise (Communauté Flamande, Bruxelles non comprise)
  • La Région Bruxelloise (porte plusieurs appellations) s’étend sur la région bilingue de Bruxelles-Capitale.

À présent, la Flandre est dans une situation de force économiquement et démographiquement. Plus nombreux et ayant un PIB/hab. supérieur, l’égalité entre les régions est sur le point de se retourner…

Pourquoi la crise politique?

« Walen Buiten » , « Les Wallons Dehors! ». Source: Université de Liège

Depuis déjà longtemps, on observe de grosses tensions intercommunautaires. Par exemple, Louvain-La-Neuve. Prestigieuse université de nos jours, elle a été créée parce que les étudiants flamands ont voulu les « Walen Buiten », « Les Wallons Dehors! », ou encore « Walen Go Home! », désirant conserver pour eux l’Université de Leuven.

Ce message fort n’est pas le début, mais le premier grand message adressé aux Wallons. « Nous, Flamands, ne voulons plus de vous chez nous! ». Cela date de 1963.

Nous sommes maintenant en 2010, et si nous ne rencontrons plus ce genre de grands évènements, c’est sûrement parce que les Wallons sont effectivement buiten, et pourtant… Les débats continuent.

Pour cela, il faut se référer aux élections de 2007. Le pays a fonctionné relativement normalement depuis tout ce temps (un grand nombre de réformes ont eu lieu, la tension politique était alors évidente mais il n’y avait pas de crises telles que celles que nous rencontrons aujourd’hui), mais les coalitions ne sont pas parvenus à former un gouvernement, faute d’accord.Après 9 mois de négociation, le pays a un gouvernement, instable mais certain.

Le problème BHV

La problématique concerne l’élection de la Chambre des Représentants, du Sénat et du Parlement Européen.
Les « zones » d’élection sont appelées circonscription électorales. En gros, on a divisé le pays en circonscriptions afin de bien voter de façon proportionnelle au nombre d’habitants.
Celle-ci recouvre Bruxelles ET l’arrondissement administratif Hal-Vilvoorde, arrondissement principalement francophone mais situé en Flandre.
Donc les électeurs sont soumis au même régime que Bruxelles (considérée comme bilingue) du point de vue électoral, et donc doivent voter pour les mêmes candidats, candidats qui peuvent être, à leur choix, issu d’un parti néerlandophone ou francophone.
Ça, la Flandre veut le changer et diviser la circonscription électorale en deux (d’où le mot « scission de BHV » qu’on entend partout), afin que les gens de Hal-Vilvoorde ne puissent plus voter que pour des partis Flamands, parce qu’ils sont situés en Flandre (Politique du territoire)
Les Francophones, eux, veulent pouvoir laisser le choix de la langue (politique de la langue).

Le gouvernement alors en place (Gouvernement Leterme), incapable de résoudre ce problème BHV, demande la démission du gouvernement et dissolution des chambres parlementaires. Nous sommes le 22 avril 2010, et depuis lors, nous n’avons plus de gouvernement.

La population est alors appelée à voter. La Wallonie élira majoritairement le Parti Socialiste, et la Flandre, grand drame, pour un parti indépendantiste flamand, qui n’est pas d’extrême-droite, contrairement à ce que de nombreux commentateurs et blogueurs affirment.

Ce parti indépendantiste et le PS doivent former un gouvernement, aussi absurde que cela puisse paraître. Cela a davantage bloqué la situation.

Sur quoi portent les négociations?

Principalement:

  1. La politique sociale. La Flandre estime qu’il y a trop de chômeurs en Wallonie, et qu’ils payent pour eux. Bien que cette opinion est critiquable, la Flandre souhaite une attribution de la politique sociale aux Région et non plus au Fédéral.
  2. BHV. J’en ai parlé là tout de suite.
  3. Modification du mécanisme du budget en général, pour arriver à environ 49% du budget fédéral attribué aux entités fédérées, pareil, début d’une indépendance, personne n’est dupe. Refus total des Francophones.

Et aujourd’hui…

On fait successivement appel à des conciliateurs pour essayer de mettre tout le monde d’accord, mais comme il y a des refus catégoriques de chaque côté, ce n’est pas prêt d’avancer…

De nouvelles élections n’est pas envisageable, sinon de secouer les dés à nouveau pour tomber encore sur un résultat incohérent.

Maintenant, les négociations ont tellement duré qu’ils se sont, globalement, arrêté de se faire confiance.  Ils ne se parlent plus véritablement et la discrétion autour du sujet est telle qu’on ne sait pas véritablement où ça en est.

Publicités
  1. maxijack@hotmail.com
    5 novembre 2012 à 15 h 45 min

    Très simpliste, simplifié et assez peu documenté.

    • 5 novembre 2012 à 16 h 59 min

      Hello,
      je suis d’accord avec toi. J’ai d’ailleurs mentionné cette concision dans la partie « qui » dans laquelle je précise que mon intention n’est pas documentaire mais ludique.
      Je t’invite à me faire part des erreurs s’il y en a.
      merci pour le commentaire, j’en prendrai note.

  1. 28 mars 2011 à 14 h 37 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :