Accueil > Actualité, Belge > Ce n'est pas LA solution, c'est UNE solution.

Ce n'est pas LA solution, c'est UNE solution.

Bonjour à tous,

L’actualité étant pauvre en actualités intéressantes à commenter (on est tous d’accord pour dire que Khadafi est un malade qui ferait mieux de partir, que ce qui se passe en Nouvelle-Zélande est dramatique, que le MJS a gravement exagéré avec son point godwin anti-sarko, etc. …)

Tant et si bien que la rubrique des chiens écrasés a pris une page de plus en Belgique, déjà bien trop grande. En fait, la Belgique se lasse des conflits intercommunautaires, du racisme politique, de ce qu’on appelle à tour de rôle « la crise politique » et « le record le plus honteux qui fût ».

Moi, je prône plutôt l’Affectio societatis dans son sens large. Je vais d’ailleurs arrêter de m’en prendre sans cesse à Bart de Wever. Après tout, quand il sera grand on l’oubliera.

Mon affection pour la Belgique m’a d’ailleurs fait prendre une drôle de décision: je vais moi même chercher une solution. Parce que critiquer, c’est bien, mais il faut prouver qu’on peut faire mieux.

Alors je me suis mis en quête d’une solution. Et si j’ai bien compris tout, en simplifiant un peu l’affaire, je pense qu’on devrait faire ceci:

  • Abandon de l’idée de Région, qui prône clairement une pré-séparation de l’État. Ce n’est pas une bonne idée. MAIS cet abandon d’idée doit s’accompagner d’un contrôle mutuel et fédéral des transferts d’argent, afin que ceux-ci ne soient ni exagérés ni unilatéraux. Ainsi, il n’y aurait pas le – criticable – transfert budgétaire entre la Wallonie et la Flandre.
  • Conservation et renforcement du poids des communautés, afin de bien conserver l’idée du respect des langues et des cultures.

Et ceci pour rétablir une réalité de l’absurdité de la Belgique: Nous avons le seul pays au monde à avoir deux types de sphères politiques fédérées. Absurde.

  • « Forcer » l’apprentissage du Néerlandais, de l’Allemand et du Français dans les 3 régions dès le plus jeune âge.. D’abord parce que les langues, c’est toujours utile (d’autant plus en ces périodes de mondialisation) et aussi pour donner une base convenable pour « mieux se comprendre, pour mieux s’entendre ».
  • Insister sur le caractère bilingue de Bruxelles. Ce n’est ni francophone, ni Flamand. C’est Bilingue, il faut aussi arrêter de dire que Bruxelles est francophone. Sa population parle la langue qu’elle veut, ça ne prouve rien de dire qu’il y a 80% de francophones.

Les langues sont importantes pour le pays, il faut essayer de rendre le pays le plus respectueux possible de la langue de l’autre.

  • Faire un referendum, vote global, pour le sort de BHV, en insistant sur les tenants et aboutissants, des conséquences, des possibilités. Laisser le choix au peuple de décider si BHV doit conserver son statut de facilité, doit devenir Flamande (et donc opérer la politique du territoire) ou devenir francophone (et opérer la politique de la langue de principe).

Comme dit dans le titre, ce n’est pas LA solution, c’est une solution.

J’espère qu’elle n’est pas trop mauvaise.

Publicités
Catégories :Actualité, Belge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :